travail dissimulé

En cas de travail dissimulé, le salarié peut désormais obtenir l’indemnité pour travail dissimulé cumulée à toutes les indemnités liées à la rupture.

La Cour de Cassation opère un revirement de jurisprudence par un arrêt du 6 février 2013.

Pour la Haute Cour, l’indemnité forfaitaire pour travail dissimulé se cumule désormais avec l’indemnité de licenciement,  légale ou conventionnelle .

Petit rappel du droit positif pour bien comprendre la portée de cette décision créant un droit nouveau pour le salarié dont le contrat de travail est rompu.

Selon les dispositions de l’article L. 8223-1 du code du travail, en cas de rupture de la relation de travail, le salarié auquel un employeur a eu recours dans les conditions de l’article L. 8221-3 ou en commettant les faits prévus à l’article L. 8221-5 a droit à une indemnité forfaitaire égale à six mois de salaire.
La jurisprudence de la Cour de cassation considérait depuis un arrêt du 12 janvier 2006, (Cass. Soc., n° 04-42-190), que cette indemnité forfaitaire pour travail dissimulé se cumulait avec toutes les indemnités de rupture, à l’exception de l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement.

Dans ce cas, seule l’indemnité la plus favorable au salarié était octroyée par le juge.

Il convenait donc de comparer le quantum de l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement avec l’indemnité forfaitaire pour travail dissimulé (6 mois de salaire).

Opérant un revirement de jurisprudence, la Cour estime désormais qu’au au regard de la nature de sanction civile que constitue l’indemnité forfaitaire égale à six mois de salaire pour travail dissimulé, il n’y a pas obstacle au cumul de cette indemnité forfaitaire pour travail dissimulé avec les indemnités  toute nature auxquelles le salarié a droit en cas de rupture de la relation de travail.

Avec cet arrêt du 6 février 2013, le salarié peut désormais cumuler cette indemnité forfaitaire pour travail dissimulé avec  toutes les autres indemnités liées à la rupture, y compris l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement.

Rappel de la jurisprudence sur le cumul des indemnités de rupture et de travail dissimulé :

– indemnité pour non-respect de la procédure de licenciement.

– Indemnité compensatrice de préavis.

– Indemnité de congés payés.

– Indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse..

– Dommages et intérêts pour violation de l’ordre des licenciements.

 

Et donc désormais aussi l’indemnité de licenciement légale ou conventionnelle.

Votre Avocat sur Brest – Prud’hommes – Sécurité Sociale – Droit Administratif Maître POTIN

Maître POTIN, avocat au Barreau de Brest, ancien avocat au Barreau de Paris, il a développé une activité dominante en Droit du Travail, Droit de Sécurité Sociale (TASS et TCI), Droit Administratif, avec une spécificité : la Défense exclusive des salariés et agents de la Fonction Publique.

Il est titulaire d’un Master en Droit Social (option Droit du Travail et de la Protection Sociale) et il a acquis une grande expérience du monde du travail après avoir été employé, syndicaliste, puis juriste d’une organisation syndicale pendant plus de 10 ans.

Au sein de son cabinet, il s’est entouré de deux avocats collaborateurs, Maître Stéphanie BOISSIÈRE et Maître Jean Philippe LAGADEC.

Maître POTIN a, par choix, décidé de se consacrer à la défense  des salarié-e-s (Dirigeants, Cadres, VRP, employés, ouvriers, apprentis), qu’ils  soient en CDD, CDI ou Fonctionnaires (sous statut ou contractuels).rp-photo 2

Ce choix délibéré constitue une totale garantie pour les salariés contre les conflits d’intérêts.

Maître POTIN est aux côtés des salariés pour toutes les difficultés rencontrées durant toute la carrière.

Son activité dominante en Droit Social (salariés de droit privé et agents de la Fonction Publique) est une garantie supplémentaire pour les salariés qui font appel à lui au soutien de leurs intérêts.

Le cabinet, à taille humaine, met toutes ses compétences au service de ses clients pour obtenir les meilleurs résultats, que ce soit dans le cadre de la négociation ou du contentieux judiciaire lorsqu’il ne peut être évité.

Maître POTIN se déplace sur toute la France et plaide devant les Conseils de Prud’hommes, Cours d’Appel, Tribunaux de la Sécurité Sociale, Tribunaux de l’Incapacité, Tribunaux d’Instance ou de Grande Instance, Tribunaux Administratifs et Cour Administrative d’Appel.

Maître POTIN exerce aussi une importante activité  de conseil auprès des institutions représentatives du personnel (Comités d’entreprises, Comité Social Economique, Délégués syndicaux, délégués du personnel…) et des organisations syndicales de salariés.

Dans ce cadre, il conseille et agit également en contentieux devant les Tribunaux, que ce soit dans le cadre du Droit Pénal au Travail, mais aussi dans le cadre des délits d’entrave aux institutions représentatives du personnel, des contestations d’expertise à la demande des Comités d’Entreprise, des Comité d’hygiène et Sécurité, le contentieux électoral ou lorsque la représentativité syndicale d’une organisation syndicale est contestée.